Mécénat

Dico de l'éco

Mécénat

Il est possible pour une entreprise ou un particulier d'apporter son « soutien à une œuvre d’intérêt général, ayant un caractère philanthropique, humanitaire, social, éducatif, sportif… ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, la préservation de l'environnement ou la diffusion de la culture, de la langue et de la science française ».

Le soutien peut prendre différentes formes mais c'est l'apport financier la plus courante, sous forme de numéraire. Il concerne plus de 90 % des entreprises mécènes, mais d'autres formes existent : les dons en nature (matériels, locaux ou technologies) ou en compétences (mise à disposition de personnels).

Le mécène ne doit pas s'attendre à obtenir des contreparties directes de la part des bénéficiaires de son soutien, mais il peut en espérer une communication flatteuse en termes d’image. Les bénéficiaires doivent être des organismes à but non lucratif et à gestion désintéressée pour être éligibles, et donner droit à un avantage fiscal au donateur.

Pour encourager le mécénat, la loi Aillagon du 1er août 2003 et ses derniers aménagements accordent notamment aux donateurs une réduction d’impôts de 60 % du montant du don jusqu'à 2 millions d'euros de dons annuels et de 40 % au-delà : le mécénat n’est donc pas totalement désintéressé.