Néoclassiques [Courant de pensée économique]

Dico de l'éco

Néoclassiques [Courant de pensée économique]

L’analyse néoclassique est généralement assimilée à la microéconomie qui étudient les agents économiques rationnels, libres d’attaches sociales. 

Dans le dernier quart du XIX° siècle, le courant néoclassique s’applique à réhabiliter le libéralisme économique afin de contrer l’analyse marxiste très influente.

Les néoclassiques reprennent certains concepts des Classiques : mécanismes de marché et concurrence pour réguler l’économie, liberté économique, primauté de l'initiative individuelle ou encore État gendarme.

À lire aussi > [Fiches Courants de Pensée] Les Marxistes / Les Classiques

En revanche, ils abandonnent leur conception objective de la valeur des biens (théorie de la valeur-travail, chère aussi à Marx) pour une conception subjective, basée sur l’utilité que les biens procurent au consommateur, peu importe la quantité de travail nécessaire à leur production.

C’est la révolution marginaliste, avec le concept d’utilité marginale, à la croisée de l’utilité du bien et de sa rareté pour expliquer la valeur d’un produit. Ils accordent une place essentielle au modèle de marché en concurrence pure et parfaite avec flexibilité des prix, ce qui doit être la norme idéale.

À lire aussi > Le paradoxe de l'eau et du diamant

Trois grandes Ecoles néoclassiques, l’Ecole de Lausanne (Léon Walras, Vilfredo Pareto), l’Ecole de Cambridge (Alfred Marshall, William Stanley Jevons, Arthur Pigou) et l’Ecole de Vienne (Carl Menger, Eugen von Böhm Bawerk) détrônent l’analyse classique.

Pour aller plus loin sur l'École de Cambridge > Alfred Marshall et l’équilibre partielArthur Pigou et les externalitésWilliam Stanley Jevons et l'effet rebond

Leurs débats internes portent notamment sur les imperfections des marchés (monopoles, externalités, diverses rigidités…), et leur régulation en termes d’équilibre partiel (Marshall) ou général (Walras). Marshall réalise aussi la synthèse entre les théories de la valeur-travail et de la valeur-utilité : ainsi l’offre d’un bien dépend de ses coûts de production (déterminants à long terme car les capacités de production peuvent s’ajuster), et la demande est fonction de l’utilité (les capacités productives étant rigides à court terme).

L’analyse néoclassique est généralement assimilée à la microéconomie qui étudient les agents économiques rationnels, libres d’attaches sociales. Elle reste très influente aujourd’hui.

Pour aller plus loin > Quand Marcel Pagnol décrivait l'utilité marginale

Toutes nos fiches « Courants de pensée économique »