Nouvelle Economie Keynésienne (NEK) [Courant de pensée économique]

Dico de l'éco

Nouvelle Economie Keynésienne (NEK) [Courant de pensée économique]

Courant de pensée économique né dans les années 1980. Héritière du keynésianisme, elle cherche à améliorer la synthèse néoclassique en lui fournissant notamment des fondements microéconomiques solides.

A la fin des années 1980, un nouveau keynésianisme se développe en réaction à la Nouvelle Economie Classique (NEC). C’est un courant de synthèse de l’analyse de Keynes et de celle des néoclassiques. Il s’agit de donner des fondements microéconomiques à la macroéconomie keynésienne.

George Akerlof, Olivier Blanchard, Joseph Stiglitz, ou encore Stanley Fischer en sont les principaux représentants. De même Janet Yellen, l’actuelle secrétaire au Trésor américain de Joe Biden s’inscrit dans cette lignée.

Pour aller plus loin > Joseph Stiglitz et la théorie du screening

Une nécessaire intervention de l'État

Leurs principales positions concernent l’intervention de l’État lorsque le mécanisme de marché est inefficace, la notion de concurrence imparfaite et de marchés qui ne s’équilibrent que lentement et pas automatiquement selon la loi de l’offre et de la demande et la non neutralité de la monnaie. L’idée est que l’économie de marché est intrinsèquement soumise à des imperfections de coordination.

Ce sont essentiellement les imperfections dans l’information mise à la disposition des agents (information coûteuse, incomplète, asymétrique voire absente, sélection adverse, aléa moral, coûts de transaction, ententes, incertitude…) ainsi que la rigidité des prix et des salaires (parfois éloignés de leur productivité) qui sont à l’origine des fluctuations de l’économie, des crises et du chômage involontaire.

Pour aller plus loin > Georges Akerlof et l'asymétrie d'information / ​​​​​​Qu'est-ce que le marché des 'citrons' (ou principe de la sélection adverse) ?

Dans ces conditions, puisque le marché ne garantit pas un fonctionnement efficient du système économique, la NEK préconise une plus grande régulation étatique de l’économie. L’Etat peut donner de meilleurs résultats que le marché qui ne fonctionne pas selon les principes de la théorie orthodoxe de l'offre et de la demande et de l'équilibre général.

Toutes nos fiches « Courants de pensée économique »