Organisation mondiale du commerce (OMC)

Dico de l'éco

Organisation mondiale du commerce (OMC)

Née en 1995, cette organisation est un cadre de négociation et supervise le commerce multilatéral et gère les accords entre les membres. Aujourd’hui, l’OMC compte 164 États membres, représentant 98 % du commerce mondial. Son utilité a souvent été remise en question, notamment lors du très récent conflit entre la Chine et les États-Unis.

En 1995, après presque cinquante ans de bons et loyaux services, le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) raccroche. C'est désormais l’Organisation mondiale du commerce qui chapeautera les relations internationales.

L’OMC est un cadre de négociation qui supervise le commerce multilatéral et gère les accords entre les membres. Leurs différends sont réglés par l’Organe de règlement des différends (ORD). Alors que le GATT régulait principalement le commerce des marchandises, l’OMC inclut les services, l’agriculture, la propriété intellectuelle et les investissements. Son siège est à Genève et elle doit se réunir au moins une fois tous les deux ans.

À lire C'est quoi les taxes douanières ?

Des accords difficiles à trouver

Seulement quatre ans, la conférence de l'OMC échoue à Seattle (États-Unis). Faute de consensus, les pays membres ne parviennent pas à lancer le nouveau cycle de négociations multilatérales nommé « cycle du millénaire ». Il devait servir de cadre à l’ouverture des marchés et aux règles de concurrence.

En 2001, la Chine devient membre de l’OMC, ce qui lui ouvre les marchés des pays membres sans entraves (clause de la nation la plus favorisée) et favorise sa montée en puissance (premier exportateur mondial de biens dès 2009). À Doha (Qatar), le cycle du développement place au centre des négociations les besoins des pays en développement. Dix ans plus tard, c'est au tour de la Russie. À Genève (Suisse), la conférence se tient dans un climat de crise économique et de montée du protectionnisme.

Mais en 2020, l’OMC est encore une fois paralysée. Elle n’arrive pas à régler les différends entre la Chine et les États-Unis. Son directeur général, Roberto Azevêdo (Brésil), démissionne un an avant l’expiration de son mandat.

Lire aussi Le choc Chine-États-Unis est-il idéologique ?

La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala devient en 2021 la première femme et première Africaine à occuper le poste de directrice générale (son mandat expirera en 2025). La 12e Conférence (CM12), initialement prévue à Noursoultan (Kazakhstan), mais reportée en raison de la pandémie, doit se tenir en fin d’année à Genève.

Aujourd’hui, l’OMC compte 164 États membres, représentant 98 % du commerce mondial ; 22 pays négocient leur future adhésion.