Passager clandestin

Dico de l'éco

Passager clandestin

L’économiste-sociologue américain Mancur Olson (1932-1998) a montré qu’un agent rationnel a intérêt à profiter d’une action collective sans y prendre part.

C’est le phénomène du « passager clandestin », celui qui ne participe pas à une action collective (grève, manifestation, sitting…) pour ne pas en supporter les coûts (temps passé à défiler, perte de salaire, prise de risque…). En revanche, il profitera pleinement des avantages retirés de cette action sans en payer le juste prix.

Effectivement, pourquoi manifester pour une meilleure protection sociale ou pour de meilleurs salaires ou encore pour la planète si les bénéfices de la mobilisation collective sont acquis pour tous ? Le problème est que si tous faisaient cette même analyse « coûts-avantages », il n’y aurait jamais d’action collective !

Décharge de responsabilité 

Dans son livre La Logique de l’action collective (1965), Olson met en évidence l’importance de la taille et de la composition du groupe dans la poursuite de son intérêt collectif. Il montre que lorsque le groupe est grand, mais atomisé en acteurs de petite taille, chacun se défausse sur les autres et l’action collective est enrayée.

Il faut quelques membres très puissants, conscients de la perte subie si le bien disparaissait, pour se mobiliser en payant le coût de cette mobilisation.

Différents domaines sont concernés par ce comportement : le syndicalisme, la finance, les conseils d’administration des grandes sociétés, l’ONU… Néanmoins, cette analyse "stratégique" reposant sur le calcul économique rationnel ne peut expliquer les engagements et les actions de solidarité dont les participants n’obtiennent aucun avantage "matériel".