Taux directeurs (Banques centrales)

Dico de l'éco

Taux directeurs (Banques centrales)

Instrument essentiel de la politique monétaire, les taux directeurs permettent aux banques centrales de freiner ou de relancer l’activité.

Les taux directeurs désignent les taux d’intérêt auxquels la banque centrale (la BCE dans la zone euro) va soit prêter de l’argent aux banques commerciales, soit rémunérer leurs dépôts. C’est en quelque sorte le « prix de gros » de l’argent : si la banque centrale rémunère faiblement les sommes que les banques commerciales lui confient, il y a de fortes chances pour que les banques commerciales, à leur tour, rémunèrent faiblement les sommes que leurs clients – particuliers et entreprises – lui confient.

De la coûteuse remontée des taux directeurs

En augmentant leurs taux directeurs, les banques centrales renchérissent ainsi « le coût de l'argent », c'est-à-dire les taux d'intérêt auxquelles elles prêtent aux banques commerciales (comme la Caisse d'Épargne, la Société Générale...). L’emprunt devient alors plus coûteux pour ses dernières, qui répercutent ensuite cette hausse à leurs clients.

Concrètement, c'est pour cette raison que le prix des crédits immobiliers se sont renchéris ces derniers mois. À l'inverse, le rendement de l'épargne augmente, comme l'ont souligné les hausses du succesives du livret A.

Cette remontée générale des taux directeurs - toutes les banque centrales du monde, à quelques exceptions près, y participent - a pour objectif de lutter contre l'inflation. L'idée est de ralentir l'activité économique, pour participer à une baisse des prix. 

Mais le risque, assumé au nom de la lutte contre l'inflation (voir citation ci-dessous), est de casser la croissance économique, de provoquer une récession et d'entraîner une hausse du chômage.

Pour aller plus loin > Les taux directeurs, leviers décisifs pour accompagner l’économie

Pour faire baisser l’inflation, il faudra un ralentissement du marché du travail et une croissance sous le potentiel. J’aimerais dire qu’il existe une méthode indolore pour y parvenir. Il n’y en a pas.
Jérôme Powell

Président de la FED, lors d'une conférence de presse le mercredi 21 septembre.