Théorie des jeux [Courant de pensée économique]

Dico de l'éco

Théorie des jeux [Courant de pensée économique]

Étude des interdépendances des comportements de plusieurs individus, conscients de leurs interactions conflictuelles et tenant compte de toutes les conséquences possibles de leurs décisions comme de celles de leurs partenaires.

Elle est née en 1944 avec John von Neumann et Oskar Morgenstern et consiste en l’étude des interdépendances des comportements de plusieurs individus, conscients de leurs interactions conflictuelles et tenant compte de toutes les conséquences possibles de leurs décisions comme de celles de leurs partenaires.

Après avoir beaucoup passionné les mathématiciens, elle a vraiment intéressé les économistes au début des années 1980 et notamment les néoclassiques en raison de la référence aux comportements rationnels de maximisation individuelle - maximiser ses gains et minimiser ses pertes -, selon que l’information est complète ou incomplète.

Coopérer ou ne pas coopérer ?

Ainsi les conflits d’intérêts peuvent se résoudre soit de manière coopérative avec des accords entre les individus et notamment sur la façon de se répartir les avantages de leur coalition, soit de manière non coopérative sans engagement aucun. Il convient alors de recueillir l’information pour anticiper leurs comportements.

Éco-mots

Théorie des jeux

Utilisée en économie pour prendre des décisions stratégiques dans un environnement incertain. L'objectif est alors de comprendre les scénarios qui ont lieu quand les résultats d'un acteur dépendent des décisions des autres. Les décisions ayant pour but un gain maximum, elles relèvent d'un comportement rationnel, elles peuvent se prêter au traitement mathématique – calcul d'extremums, approche probabiliste.

John Nash présente une situation d’équilibre dans laquelle aucun ne peut trouver de meilleure stratégie, compte tenu des décisions des autres, comme dans le cas du jeu non-coopératif du dilemme du prisonnier. 

Pour aller plus loin > Un homme d'exception ou l’équilibre de Nash expliqué avec un plan « drague »

Dans les années 1980-90, Paul Milgrom et Robert Wilson, experts en économie de l’information et de la théorie des enchères, analysent la prise de décision dans un contexte d’incertitude et d’asymétrie informationnelle.

Pour aller plus loin > Paul Milgrom et les enchères de fréquenceRobert Wilson et les ventes aux enchères

Quant à Jean Tirole, il applique la théorie des jeux et de l'information dans des domaines variés : économie industrielle, finance, régulation des industries de réseau, marché du travail…

Pour aller plus loin > Jean Tirole et l’économie du bien commun

Cette analyse, traitant de la prise de décisions stratégiques dans un environnement incertain (politique, géopolitique, sportive… et même en termes de théorie de l’évolution et de conflits inter-espèces), constitue une contribution majeure en Économie.

Toutes nos fiches « Courants de pensée économique »

Crédit photo : thatsmaths.com