Théorie du ruissellement

Dico de l'éco

Théorie du ruissellement

Aucune analyse économique ne montre qu’une politique fiscale favorable aux seuls riches profiterait particulièrement aux plus pauvres, en raison de bons effets « ruisselant » du haut vers le bas de la société. Il s’agit plutôt « d’un ensemble de mécanismes ».

Traduction de « trickle-down effect », cette théorie, populaire depuis que Joe Biden a annoncé vouloir y mettre fin, n’en est pas une en réalité.

Aucune analyse économique ne montre qu’une politique fiscale favorable aux seuls riches profiterait particulièrement aux plus pauvres, en raison de bons effets « ruisselant » du haut vers le bas de la société. Il s’agit plutôt, écrit Arnaud Parienty, professeur d’économie, « d’un ensemble de mécanismes »1.

L’idée est la suivante : le surplus de revenu des plus riches, réinjecté dans l’économie par leurs dépenses de consommation, leur épargne (financière) et des investissements productifs, par répercussion, favoriserait l’innovation, la croissance et l’emploi.

Baisses d'impôts pour les plus riches

C’est dans les années 1980, avec Ronald Reagan, que cette théorie est popularisée. Lors de sa première élection, l’économie américaine est en récession (-1,5 %), l’inflation est à 11,7 % et le chômage à 7,4 %.

Conseillé par les économistes de l’offre, notamment Arthur Laffer pour qui « trop d’impôts tue l’impôt », un programme de baisse générale d’impôts est appliqué2 avec, entre autres, la baisse à 28 % du taux d’imposition marginal le plus élevé (qui était de 70 % en 1981) et de 46 % à 34 % des impôts sur les sociétés.

Les États-Unis vont alors connaître leur période d’expansion la plus longue depuis la Seconde Guerre mondiale (jamais inférieure à 4 % par an), 19 millions d’emplois sont créés, le chômage tombe à 5,4 %. En revanche les inégalités augmentent, en raison des réductions d’aide sociale et d’une hausse plus rapide des revenus des plus riches.

Certains des mécanismes étayant le ruissellement paraissent indiscutables – accroître le revenu des plus riches augmente le niveau d’épargne, l’investissement stimule l’emploi, la baisse du chômage fait reculer la pauvreté –, mais rien ne garantit que l’épargne supplémentaire des plus riches s’investira intégralement dans l’économie intérieure réelle.

Notes

1. Le Mythe de la "théorie du ruissellement", La Découverte, 2018

2. Federal Individual Income Tax Rates History, Income Years 1913-2013