Qui suis-je ?

Économiste américain, Gary Becker est parfois considéré comme le père de l'économie comportementale. Avec sa thèse en 1955 sur l'économie de la discrimination raciale soutenue à l'université de Chicago, il dénote : peu d'économistes s'étaient par le passé entremêlé de cette manière avec la sociologie. Il analyse la micro-économie par le prisme des comportements humains. Pour cela, il a été distingué en 1992 du Prix Nobel d'économie. A l'inverse, Gary Becker tente aussi d'appliquer le terme d'individu rationnel hors du champ traditionnel - il se revendique d'ailleurs de l'impérialisme économique.

De lui, on garde la théorie du "capital humain". Gary Becker voit en chacun l'accumulation de connaissances comme un patrimoine qui évolue au cours de la vie. Cet enrichissement spirituel se répercute sur le niveau de vie : plus l'individu "investit" dans son capital humain, notamment en faisant des études, plus son salaire s'accroît. 

Le capital humain définit l’ensemble des capacités productives qu’un individu acquiert par accumulation de connaissances générales ou spécifiques, de savoir-faire, etc.

Gary Becker

Mes dates clés 

  • Naissance : 2 décembre 1930, Pennsylvanie (USA),
  • 1957 : publication de la thèse The Economics of discrimmination à l'université de Chicago,
  • 1964 : publication du livre Human capital: A theoretical and empirical analysis,
  • 1965 : parution de l'article "A Theory of the allocation of time"
  • 1992 : Prix Nobel d'économie pour avoir « étendu le domaine de l'analyse microéconomique à un vaste éventail de comportements et d'interactions humaines, y compris à des comportements qui ne relèvent pas du marché »
  • 2000 : National Medal of Science,
  • Mort : 3 mai 2014, Chicago aux États-Unis.