Cette théorie, dite de l’évolution, explique la formation des espèces par la modification d’espèces antérieures sous la pression de la sélection naturelle : les membres d’une espèce qui possèdent des caractéristiques nouvelles et avantageuses par rapport à leurs congénères (par exemple, un cou plus long là où la nourriture se trouve en hauteur) vont vivre plus longtemps et se reproduire davantage. Ces caractéristiques, apparues au hasard de mutations génétiques, se transmettent par voie reproductive. Elles vont donc se retrouver chez un nombre croissant d’individus au fil des générations.