Excédent brut d’exploitation (EBE)

En théorie

Excédent brut d’exploitation (EBE)

L’excédent brut d’exploitation (EBE) est une façon en comptabilité de mesurer les bénéfices ou profits réalisés dans l’entreprise. L’EBE est ce qui reste de la valeur ajoutée (la richesse nouvelle créée par l’entreprise) après la distribution des salaires (directs et indirects, c’est-à-dire avec les cotisations sociales) et le paiement des impôts liés à la production. On dit que l’EBE mesure le profit brut de l’entreprise, car sur ce profit, elle va ensuite payer l’impôt sur les bénéfices et des remboursements d’emprunts.

Comment on le calcule ?

Il est important de calculer l’excédent brut d’exploitation, car il exprime la capacité d’une entreprise à générer des ressources de trésorerie sans tenir compte de sa politique de financement et d’investissement ou des événements exceptionnels qui ont eu lieu dans l’année. Il existe plusieurs méthodes pour calculer un EBE, soit en partant du chiffre d’affaires, soit par la valeur ajoutée ou par le résultat net comptable. La formule la plus simple est celle qui part du chiffre d’affaires.

Les enjeux

L’EBE permet de mesurer le « taux de marge » des entreprises. En France, celui-ci est stable à environ 30 % depuis plus de 20 ans. Après paiement de l’impôt sur les bénéfices, l’EBE est utilisé par les entreprises de plusieurs façons : 

  • distribué aux actionnaires sous forme de dividendes
  • investi
  • placé sur les marchés financiers ou pour acquérir des actions dans d’autres entreprises (en France ou à l’étranger)
  • distribué aux salariés.

Ne pas confondre

EBE et EBITDA

L’EBE est un indicateur financier qui ne prend pas en compte les dotations aux provisions d’exploitation. Il est donc toujours plus élevé que l’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement).

Acronymous: c'est quoi l'EBE ?