Il n’en existe pas de définition légale. Ces investisseurs, qui font partie de la « gestion alternative », ont des stratégies variées. Parmi leurs points communs : ils arbitrent en permanence les incohérences de marché – c’est pourquoi on les appelle parfois fonds « arbitragistes ». Spéculatifs, ils utilisent abondamment les produits dérivés, la vente à découvert et l’effet de levier (ils s’endettent pour investir). Enfin, ils sont peu réglementés et assez opaques. Les banques servent ces clients via des services de courtage haut de gamme (prime brokerage) très rémunérateurs.