Cette loi, formulée par Ferdinand Lassalle au XIXe siècle, montre que la rémunération réelle d’un salarié tend inexorablement à se rapprocher de son niveau « naturel » qui correspond au coût du minimum des subsistances nécessaires au maintien de sa force de travail et à la survie de sa famille. Le salaire est en partie régulé par la démographie.

Si le salaire augmente au-delà de son niveau naturel, le salarié aura plus d’enfants, car ses conditions de vie se seront améliorées et la mortalité infantile baissera. Inversement, si le salaire baisse en deçà du salaire naturel, une pénurie de main-d’œuvre le ramènera aussi à son niveau naturel.

Cette loi d’airain des salaires résulte, selon Ferdinand Lassalle, de cette concurrence que les ouvriers, trop nombreux, se livrent entre eux pour obtenir un emploi et de celle entre les entreprises lorsque la main-d’œuvre fait défaut.

Dans ces conditions, le salaire ne peut s’élever durablement au-dessus de ce niveau minimal. Le rapport de forces est donc défavorable aux ouvriers, ce qui justifie qu’ils se mobilisent pour renverser le système capitaliste. Cette loi d’airain inspirera Karl Marx et Friedrich Engels dans le Manifeste du parti communiste (1848).