Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)

En théorie

Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)

Fondée en 1948 sous le nom d’Organisation européenne de coopération économique, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) conseille les pays sur leurs politiques publiques.

A partir d’études mondiales ou locales, elle préconise des solutions dans douze domaines dont le développement et la gouvernance publique. 

Le reproche lui est parfois fait d’être trop libérale. 

Une certaine vision de la coopération

“Les pays de l’OCDE et les ‘partenaires clés’ représentent environ 80% des échanges et de l’investissement dans le monde” se targue-t-elle sur son site internet. 37 Etats ont rempli les trois conditions fondamentales : être “développé”, avoir un gouvernement démocratique et fonctionner sous le principe de l’économie de marché.

Chacun d’entre eux nomme un ambassadeur au Conseil de l’OCDE. Il sera chargé de superviser les travaux de l’organisation et d’en donner un avis. 

A ces 37 là, s’ajoutent cinq “partenaires clés”. L’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et l’Indonésie participent aux débats quotidiens mais ne remplissent pas les conditions pour devenir membres.

Car pour adhérer, le pays doit adopter une série de mesures afin de se mettre en conformité avec les exigences de l’OCDE : “Nos normes et nos initiatives contribuent à orienter et à concrétiser les réformes dans plus de 100 pays à travers le monde, en se fondant sur notre expérience collective et nos valeurs communes.”

Son seul secrétariat emploie 2 500 à travers le monde. Depuis 2006, le mexicain José Ángel Gurría gouverne l’organisation.