Politique industrielle française [Dates]

En théorie

Politique industrielle française [Dates]

1945-1960 :

L’objectif de l’État est la reconstruction du pays et sa restructuration économique pour le doter d’infrastructures et de secteurs de base nécessaires à la modernisation de l’appareil productif industriel.

Les interventions étatiques volontaristes sont déterminantes, car les entreprises privées ont peu de moyens. 

Ces interventions reposent sur la planification, des actions générales d’environnement touchant toutes les entreprises et des actions sectorielles spécifiques (nationalisations d’entreprises, par exemple).

1960-1973 :

L'obejectif est de renforcer la compétitivité globale des entreprises et les installer dans la croissance sont les ambitions de la politique industrielle.

C’est une période de grands projets technologiques et industriels sectoriels (aéronautique avec Concorde, plan Calcul, programme spatial…) et de mesures d’environnement favorisant la concentration et la constitution de grands groupes, épaulés pour affronter la concurrence européenne et internationale (Elf, Thomson, Framatome, Creusot-Loire…).

1973-1981 :

Face à la crise, l’État veut redéployer l’industrie et modifier la structure de l’appareil productif via une politique de créneaux : se désengager des activités en déclin (textile, sidérurgie…) et renforcer les créneaux porteurs d’avenir ainsi que les technologies transsectorielles (nucléaire, électronique, télécommunications…).

1981-1986 :

L’État souhaite réindustrialiser le pays et reconquérir le marché intérieur par une politique de filières afin d’accéder à une plus grande indépendance industrielle et sauver les emplois. Cette politique industrialiste, coûteuse, reculera avec la rigueur, à partir de 1983.

Depuis les années 90 :

La tendance est au dépérissement de la politique industrielle nationale au profit d’une politique industrielle européenne de concurrence et de la connaissance.

Puis, face à la désindustrialisation française, un renouveau s’opère à partir des années 2000 : pôles de compétitivité, CICE, Haut-Commissariat au Plan…