C’est un outil économique destiné à internaliser dans les prix de marché les coûts cachés (« externalités ») des dommages causés par les émissions de gaz à effet de serre, afin d’orienter les décisions des agents économiques vers des solutions à faible contenu en carbone. La tarification peut prendre la forme d’une taxe carbone ou d’un système de quotas d’émission. Aujourd’hui, 46 pays et 26 provinces ou villes ont établi une politique de tarification du carbone. Ces initiatives représentent en valeur 52 milliards de dollars en 2017, selon la Banque mondiale.