La protection sociale, c’est l’ensemble des mécanismes et institutions qui permettent aux individus de se prémunir contre les risques sociaux (maladie, invalidité, vieillesse, famille, chômage). Elle permet à ceux qui sont en incapacité de travailler de couvrir leurs charges (perte de revenus et/ou charges supplémentaires dues, par exemple à la maladie).

À quoi sert-elle ?

La protection sociale assure deux fonctions. Elle a tout d’abord une fonction d’assurance : elle permet de couvrir les insuffisances de revenus lorsque certains aléas (maladie, chômage) adviennent. Elle a d’autre part une fonction d’épargne : elle permet de couvrir les besoins de consommation après la fin de la vie professionnelle. Les prestations sociales ainsi versées peuvent être des revenus de transfert des actifs vers les inactifs (redistribution horizontale) et/ou des plus riches vers les plus pauvres (redistribution verticale).

Ne pas confondre…

Assistance sociale et assurance sociale L’assistance sociale est une aide à des personnes défavorisées à qui seront versés, par solidarité, des revenus ou des prestations de service. Cette aide est généralement financée par tous, à travers les impôts. En revanche, un système d’assurance sociale versera des prestations aux seuls assurés quand ils sont confrontés aux risques sociaux et à condition, le plus souvent, qu’ils aient cotisé au préalable.

Les enjeux

Les prestations sociales représentent près du tiers du revenu des ménages en France. Elles ont un rôle d’amortisseur social et un effet contracyclique en cas de crise. Ainsi, les allocations chômage permettent, en cas de montée du chômage, de maintenir les revenus et donc la consommation. Mais en France, ces prestations sont surtout financées par des cotisations sur les salaires, ce qui a pour effet d’alourdir le coût du travail.