Comment notre cerveau sélectionne des informations selon nos convictions

En théorie

Comment notre cerveau sélectionne des informations selon nos convictions

Ce phénomène a un nom : le biais de confirmation. C'est notre tendance à sélectionner les informations qui vont dans le sens de nos convictions. Et qui empêche de bien décider.

Les biais cognitifs sont nos meilleurs ennemis ! Ils nous accompagnent au quotidien, nous empêchant, pour le meilleur ou pour le pire, de regarder la réalité en face. Le champion de ces biais est sans conteste le « biais de confirmation ». Il a été baptisé ainsi en 1960 par le psychologue américain Peter Wason1.

Dès 1620, dans son ouvrage Novum Organum, le philosophe anglais Francis Bacon l’avait repéré : « L’entendement, une fois familiarisé avec certaines idées qui lui plaisent, s’y attache obstinément, il veut que tout s’accorde avec elles (…) et les faits qui (les) contredisent ne peuvent les ébranler dans son esprit… ».

L’adage populaire ne dit pas autre chose : « On ne voit que ce qu’on veut voir. » Le biais nous rend aveugle à ce que notre esprit ne peut accepter.