Irène Frachon, lanceuse d'alerte : dénoncer ou accepter ?  

En théorie

Irène Frachon, lanceuse d'alerte : dénoncer ou accepter ?  

Dans ce troisième épisode de "La Décision", Isabelle Barth, professeure agrégée des Universités et chercheuse en sciences du Management, analyse l'acte de dénonciation à travers le parcours du docteur Irène Frachon. 

Face à une action illégale et immorale, vaut-il mieux dénoncer ou se taire et accepter ?

Dénoncer est un acte courageux qui nécessite le passage par plusieurs étapes difficiles. D'abord se rendre compte du scandale, l'analyser, le vérifier, puis le prendre à bras le corps pour le combattre. La prise de parole dans les médias, auprès de la hiérarchie ou des institutions, n'est pas sans risque pour le lanceur d'alerte. Il met sa condition en danger, que ce soit sa posture professionnelle ou sa vie familiale. 

Tous ces doutes ont traversé la pneumologue Irène Frachon en 2007 avant qu'elle ne dénonce la mauvaise utilisation du médicament Mediator. Pourtant elle a été au bout. Quand et comment a-t-elle pris cette décision ? 

Isabelle Barth, professeure agrégée des Universités et chercheuse en sciences du management, analyse le parcours semé d'embuches d'Irène Frachon et explique le cheminement mental qui pousse un lanceur d'alerte à révéler un scoop.  

La Décision #3 | Irène Frachon, lanceuse d'alerte : dénoncer ou accepter ?