La structure sociale

Spécial bac

Les bases
  1. Accueil
  2. Les bases
  3. Question de cours
  4. La structure sociale
Martine Peyrard-Moulard

Pour chacun des 12 sujets dont nous pensons qu’ils peuvent tomber le 20 juin à l’épreuve de SES, vous trouverez les repères décisifs d’une copie d’excellence : une accroche ; le courant de pensée économique ou sociologique, incarné par un auteur et sa citation ; le mécanisme à l’œuvre et un chiffre significatif.

  • LA THÉMATIQUE : LA STRUCTURE SOCIALE 
  • LE SUJET : DANS QUELLE MESURE PEUT-ON CRAINDRE LE RETOUR D’UNE SOCIÉTÉ DE « CLASSES ? »

L’accroche

Pour le sociologue Camille Peugny, le mouvement des « gilets jaunes » est nourri par les inégalités qui fracturent la société française. Dans un entretien au Monde du 13 décembre 2018, il affirmait même : « Les classes sociales n’ont jamais disparu. Avec les “gilets jaunes”, elles redeviennent visibles. »
C’est Karl Marx qui a fait des classes sociales une question sociologique majeure. Pour lui, une classe sociale regroupe des individus qui partagent la même position dans les rapports de production (classe en soi) et qui en ont conscience (classe pour soi), ce qui débouche sur la lutte des classes. Dans une approche plus nominaliste, Max Weber pense les classes sociales comme un classement opéré par le sociologue, un classement qui n’a pas nécessairement de sens pour les acteurs sociaux.

Est-ce que, comme le pense Camille Peugny, les classes sociales constituent toujours une grille d’analyse à même d’expliquer la société française ou est-ce que cette grille d’analyse a été rendue caduque par les évolutions de cette société ?

Le mécanisme

L’habitus de classe

Pierre Bourdieu (1930-2002), sociologue holiste, considère que la société « forme » l’individu grâce à la socialisation. Il développe la notion d’habitus qui fait le lien entre l’individu et la société. Les comportements des groupes sociaux s’expliquent simplement par l’origine sociale, c’est-à-dire par l’environnement structuré en trois types de capital : économique (les revenus et le patrimoine), culturel (les savoirs, y compris ceux formalisés par les diplômes, les savoir-faire, les pratiques, les goûts…) et social (les réseaux de connaissances et de relations de la famille).

Ainsi, chaque groupe social possède un habitus de classe, différencié et différenciant, qui détermine le comportement de ses membres. Chaque individu a donc une certaine manière de penser, d’être et de se comporter, qui ne dépend pas de sa volonté, mais du groupe social auquel il appartient et qu’il ne peut transformer, car il en a intériorisé les valeurs et les normes. Bourdieu établit alors une différence entre les groupes selon leur position sociale : les dominants et les dominés.

L’auteur

Louis
Chauvel

(né en 1967), sociologue, spécialiste de la structure sociale, explique que la « société de post-abondance » représente pour lui une « société d’incertitude », ce qui plonge ses membres dans un « conservatisme frileux », et un nouveau modèle d’individualisme, soit « par excès, autocentré et narcissique », soit « négatif ».

Les nouvelles classes moyennes salariées commencent à subir une perte d’homogénéité entre le déclassement social de la fraction qui voit s’évanouir les rêves d’ascension ouverts naguère dans le cadre de la société salariale, et la promotion de celle qui s’élève vers la bourgeoisie patrimoniale.

Louis Chauvel

« Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE, n°79, octobre 2001

10 000 EUROS

L’écart entre le haut et le bas de la pyramide des revenus en France s’est creusé de 10 000 euros, au cours des 20 dernières années. La hausse du niveau de vie des 10 % les plus riches équivaut à 1,3 fois l’ensemble du revenu annuel des 10 % les plus pauvres (Observatoire des inégalités, février 2019).