Les fondements du commerce international

Spécial bac

Les bases
  1. Accueil
  2. Les bases
  3. Question de cours
  4. Les fondements du commerce international
Martine Peyrard-Moulard

Voici les repères nécessaires pour rédiger une copie d'excellence sur le thème du "Commerce internationale" :  une accroche ; le courant de pensée économique ou sociologique, un auteur et sa citation, le mécanisme, un chiffre significatif.

  • LA THÉMATIQUE : LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL 
  • LE SUJET : DANS QUELLE MESURE LE PROTECTIONNISME PEUT-IL ÊTRE BÉNÉFIQUE POUR LA CROISSANCE ?

L’accroche

Donald Trump s’est lancé, en novembre 2018, dans une guerre commerciale avec la Chine. Les États-Unis ont augmenté les droits de douane sur certains produits importés de l’Empire du Milieu. En rétorsion, les Chinois ont, eux aussi, décidé de taxer les produits américains. Les conséquences de telles mesures en matière de croissance sont incertaines. Pour certains économistes, les États-Unis se sont tiré une balle dans le pied. D’autres pensent à l’inverse que ce protectionnisme peut permettre d’apporter une réponse pertinente à certains problèmes économiques auxquels font face les États-Unis. À travers cette discussion sur les bienfaits et méfaits du protectionnisme émerge, en miroir, la question des avantages et des inconvénients du commerce international, entendu comme les flux de biens et de services entre espaces nationaux.

2,6 %

C’est le taux de croissance des échanges en volume prévu par l’OMC (Organisation mondiale du commerce) pour 2019, soit un net ralentissement par rapport à 2018 (-1,1 point), en raison notamment des tensions internationales.

Le mécanisme

La loi des avantages comparatifs de David Ricardo (1772-1823)

Tous les pays peuvent être gagnants dans un système de libre-échange s’ils se spécialisent, peu importe qu’ils aient des avantages absolus de coûts de production ou pas. Leur spécialisation doit porter sur la production des biens pour lesquels leur avantage comparatif est le plus élevé, ou leur désavantage le moins élevé en termes de coûts « relatifs ». Ils peuvent échanger les biens qu’ils ne produisent pas, les échanges s’expliquent alors par des écarts de productivité du travail.

L’avantage « comparatif » est envisagé par rapport aux autres pays et surtout par rapport aux autres biens que le pays est susceptible de produire. Les nouvelles théories montrent que les avantages comparatifs se construisent. Ainsi, les dépenses en innovation, en recherche et développement, en formation, ou bien les législations peuvent permettre à un pays de se créer des avantages qui ne sont pas donnés une fois pour toutes.

Cette loi de Ricardo montre les gains à l’échange, les avantages de la DIT (Division internationale du travail) et de la spécialisation, assurant gains de productivité et compétitivité. La question reste de savoir si tous les avantages comparatifs se valent et si les gains sont également distribués entre tous les pays.

L’auteur

Friedrich
List

(1789-1846), économiste allemand. Selon lui, un pays qui n’a pas atteint le dernier stade de son développement lui permettant à la fois de satisfaire sa demande intérieure et d’exporter sera trop faible pour résister à la concurrence internationale. Il doit se protéger des importations, mais raisonnablement. C’est un protectionnisme « enfant ou éducateur ». Il est temporaire, sélectif et dégressif, le temps que les industries nationales se renforcent et puissent être compétitives sur le plan international. Le libre-échange ne peut être véritablement bénéfique qu’entre pays à la maturité économique comparable.

La protection douanière est notre voie, le libre-échange est notre but.

Friedrich List

Le Système national d’économie politique, 1844