Menace, opportunité : Les deux visages du risque

En théorie

Menace, opportunité Les deux visages du risque

Le risque est déterminant dans toute prise de décision par les individus, les entreprises ou les pouvoirs publics. Il faut l’identifier, l’évaluer et l’analyser. Lourde tâche dans un monde complexe, ouvert, interdépendant et soumis à des mutations économiques et sociétales rapides.

Des orages de grêle détruisant des vignes et des vergers ; plus de la moitié des chômeurs non indemnisés ; un risque accru de dépendance dans une société vieillissante… Qu’ils soient naturels, technologiques, économiques, sociaux ou autres, les risques sont inhérents à l’activité humaine. Toutes les sociétés sont concernées par le risque depuis la nuit des temps, car les menaces et les dangers ont toujours existé. Vivre, c’est affronter de multiples risques. Le risque zéro, ce ne serait pas une vie ! Faut-il avoir peur du risque ? Chaque société l’appréhende de manière différente. C’est un « fait culturel » que l’Histoire façonne.

Un sens qui évolue

Avant le Moyen-Âge, le concept de risque n’existe pas, car il est « partout ». Le danger et l’incertitude règnent. Face à l’impuissance et à la peur, le seul recours est de s’en remettre à Dieu. Dès le XIIe siècle, plusieurs notions de risque apparaissent, notamment chez les militaires et les mercenaires. Cependant, le sens premier du mot serait d’origine maritime et méditerranéenne. Le risque est un écueil qui fend la coque d’un navire.