Principe de différence de Rawls : une société doit être équitable avant d'être égalitaire

En théorie

Principe de différence de Rawls : une société doit être équitable avant d'être égalitaire

Avec son principe de différence, le philosophe américain cherche à articuler liberté individuelle et solidarité sociale. Il estime que les inégalités sont acceptables, à condition qu'elles profitent au développement de la société dans son ensemble.

Est-il possible d’envisager une société qui garantisse les libertés de chacun, justifie les inégalités et assure la justice sociale ? C’est possible, affirme le philosophe américain John Rawlsdans Théorie de la justice, publié en 1971.

Grâce au "principe de différence", la répartition des droits, des richesses ou des opportunités n’est plus arbitraire, c’est-à-dire déterminée par la naissance, les capacités ou l’héritage socioculturel, mais juste, car une société juste garantit à la fois liberté et équité.

Avec ce principe, les inégalités de fait ne se justifient que si l’égalité des chances existe et que les fonctions ou emplois procurant le plus d’avantages sont accessibles à tous, à compétences égales. De plus – et c’est le plus important –, ces inégalités ne sont justes que si elles profitent aux plus défavorisés.

Bref, une société doit être juste avant d’être égalitaire : ainsi, les inégalités de richesses qui stimulent la croissance et améliorent le niveau de vie et les espérances des plus pauvres sont légitimes.

Rawls ne cherche pas à éliminer les inégalités socio-économiques, il ne faut pas décourager les plus talentueux ou entreprenants. Au contraire, ils doivent pouvoir bénéficier des inégalités, à condition qu’elles profitent aussi à tous.

Avant tout, la liberté est prioritaire. Elle ne peut pas être restreinte dans le but de réduire les inégalités. Il est essentiel que chacun ait un droit égal aux libertés les plus étendues qui soient conciliables avec la liberté des autres.

Bien sûr, la liberté est source d’inégalités, reconnaît Rawls, mais les "biens premiers, préconditions de la poursuite des plans de vie", tels que les libertés, les droits fondamentaux, les opportunités offertes, etc. et qui constituent le socle politique et socio-économique d’une société juste, doivent être partagés et accessibles à tous.

Une société juste n’est pas égalitaire, elle est libre et équitable.