D'où vient l'expression : « Avoir un bas de laine » ?

En théorie

D'où vient l'expression : « Avoir un bas de laine » ?

Désignant le fait de mettre un peu d'argent de côté par précaution, cette expression nous vient d'un moyen de se protéger contre les voleurs.

Se constituer un bas de laine, c’est mettre une petite somme d’argent de côté, au cas où. Cette expression est attestée à partir du XIXe siècle.

À une époque où les banques sont réservées aux grandes fortunes, les gens modestes conservaient leurs économies à leur domicile.

Cacher les économies au fond des tiroirs

Les comptes en banque n’existant pas encore, la fortune prenait la forme de pièces de monnaie ou de reconnaissances de dettes. Ne pouvant prendre le risque de garder leur argent sur eux en permanence, les petits épargnants cachaient leurs économies dans leurs chaussettes, généralement dans des bas en laine abîmés et rangés dans un tiroir. L’aspect extérieur miteux permettait de détourner d’éventuels voleurs.

Avec la révolution industrielle, le système bancaire se développe. Les banquiers, bien conscients des sommes d’argent qui dorment dans les armoires, tentent de capter ces économies.

Méfiance envers les banques

En 1818, l’homme d’affaires Benjamin Delessert fonde les caisses d’épargne, en s’associant avec d’autres banquiers parisiens. Afin de suivre les versements et retraits, toutes les opérations sont inscrites dans de petits cahiers nommés « livrets », un terme encore en usage de nos jours pour désigner les produits d’épargne.

La première année, les épargnants sont méfiants et n’osent pas confier leur argent à cette nouvelle institution : la Caisse d’épargne ne compte que 352 livrets fin 1818.

Mais la loi reconnaît la banque comme « établissement privé d’utilité publique » en 1835, ce qui incite les foyers à y déposer leurs économies. En 2020, la crise sanitaire augmentant l’incertitude, la Banque de France estime l’épargne totale des Français à 200 milliards d’euros.