Pour l'EcoVersion beta
s'abonner

Éco dicton. Espèces sonnantes et trébuchantes 

Les bases
  1. Accueil
  2. Les bases
  3. Rétro-éco
  4. Éco dicton. Espèces sonnantes et trébuchantes 
Valentine Rault

Pour L’Éco rappelle l’origine d’une expression courante en lien avec l’économie.

Pour comprendre cette expression du Moyen-Âge, il faut la décomposer : « espèces » vient du latin species (marchandise) et a donné le mot « épice ». Or, au Moyen-Âge, les épices valaient extrêmement cher et pouvaient être utilisées comme monnaie d’échange.

Par déformation du mot, les espèces ont désigné les pièces de monnaie. Elles étaient alors faites en métaux précieux, généralement en or ou en argent. Les pièces tenaient leur valeur de la quantité de métal utilisé. Pour en vérifier la valeur, on la laissait tomber sur une surface dure, pour l’entendre « sonner ». Aux oreilles averties d’un marchand ou d’un banquier, une pièce d’or ne sonnait pas comme une pièce de bronze !

Pour être certain de la valeur d’une pièce, on la pesait ensuite dans une petite balance à deux plateaux : le trébuchet. Ainsi, une espèce sonnante et trébuchante désigne une pièce qui a été pesée, et dont le poids correspond bien à la valeur.

Garantir un échange juste

On pesait également les pièces pour échanger différents types de monnaie, notamment lors des foires. À partir du XIIe siècle, les foires étaient de grands marchés où s’échangeaient tous types de biens, et où se croisaient des marchands venus de toute l’Europe. Mais ces commerçants, de différentes origines, utilisaient chacun une monnaie particulière. Il fallait donc peser les pièces pour comparer leur poids et leur valeur, et garantir un échange juste.