Au Japon, cette dette énorme qui n’inquiète pas les marchés ni les citoyens

Monde

Au Japon, cette dette énorme qui n’inquiète pas les marchés ni les citoyens

Le troisième pays le plus riche au monde affiche une dette publique colossale atteignant 238 % du PIB. La situation, qui serait une catastrophe pour un pays comme la France, ne pose toutefois pas de problème au Japon, car la dette y est détenue à 90 % par des acteurs locaux.

Dans les années 1980", se souvient Thomas Grjebine, économiste au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), "on parlait du “miracle japonais’". C’était vraiment le pays qui montait, censé devenir la première puissance mondiale devant les États-Unis”.

Quarante ans plus tard, le Japon affiche une économie quelque peu fragilisée : il est entré en récession en janvier 2020, le déclin démographique du pays n’en finit pas et surtout, sa dette publique a atteint un niveau record. Elle représentait 238 % du PIB en 2019, d’après le Fonds monétaire international (FMI). À titre de comparaison, la France affichait une dette publique de 98,1 % du PIB.

Mais cette dette gigantesque n’inquiète pas l’Archipel. Il faut dire que, là-bas, “la dette n’est pas un tabou, alors qu’en France, elle est dénoncée comme très négative et sert de prétexte à l’austérité budgétaire”, explique Evelyne Dourille-Feer, ancienne économiste au CEPII et japonologue.