Au Sénégal, l’innovation commence dans un pot de yaourt

Monde

Au Sénégal, l’innovation commence dans un pot de yaourt

Pour proposer des solutions efficaces et lisibles à l’échelle locale, la science et la technique doivent descendre de leur piédestal. Puis écouter et inclure les usagers, pour co-construire avec eux des politiques adaptées. Illustration au Sénégal, un pays en pleine transition.

Start-up, licornes, levée de fonds… Dans la psyché collective, ce jargon de l’innovation entrepreneuriale fait davantage penser à un algorithme qu’à un pot de yaourt. Pas pour Ndimby Diop Faye, chargé de la communication pour l’incubateur logé au sein de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, la deuxième du Sénégal.

Éco-mots

Licorne

Désigne une startup valorisée à plus d'un milliard de dollars. Ces entreprises basent leur modèle économique sur une croissance rapide financée par des fonds extérieurs avant de se focaliser sur leur rentabilité et leurs revenus

« Nous avons accompagné 311 projets entre 2017 et 2021, la moitié se sont concrétisés dans des entreprises. Parmi nos pépites, nous trouvons un peu de tech (par exemple, une couveuse solaire pour nouveau-nés prématurés), mais surtout des innovations sociales. »