Avec le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières, le ciment turc bientôt bloqué aux portes de l'Union européenne ?
  1. Accueil
  2. Monde
  3. Europe
  4. Avec le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières, le ciment turc bientôt bloqué aux portes de l'Union européenne ?

Monde

Avec le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières, le ciment turc bientôt bloqué aux portes de l'Union européenne ?

Audrey Fisné-Koch
,
Sélection abonnés

La Turquie fournit plus d’un tiers des importations européennes de ciment. Or, ce matériau est très polluant et l’Union entend pousser ses partenaires commerciaux à réduire les émissions de carbone. Ankara a le choix : payer plus ou vendre ailleurs.

Les relations, déjà tendues entre l’Union européenne et la Turquie, pourraient se compliquer à l’avenir. La raison ? L’entrée en vigueur, décidée par Bruxelles, du Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACF) entre 2023 et 2026.

En 2019, 34 % des importations européennes de ciment provenaient de Turquie, ce qui rapportait à Ankara 1,8 milliard d’euros. Le problème, c’est que ce matériau, largement utilisé pour les constructions, est très polluant. Des émissions de carbone qui, demain, pourraient coûter cher aux exportateurs turcs.

Avec le MACF, les entreprises étrangères qui exportent à l’intérieur de l’UE devront payer pour compenser leurs émissions de carbone. Bruxelles veut inciter « le monde entier à s’engager dans la réduction des émissions de CO2 », tout en assurant « une concurrence loyale aux entreprises ».

Lire aussi > Tout comprendre au mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, l’outil de l’UE pour lutter contre le réchauffement climatique