Avec les Gafam, l’éternel retour du rêve américain

Monde

Avec les Gafam, l’éternel retour du rêve américain

Des hommes partis de peu qui ont changé l’Amérique et le monde tout en accumulant des fortunes considérables, les self-made-men font partie du mythe américain, avec son cortège d’admiration et d’indignation. Et les fondateurs d'Amazon, Facebook ou encore Google en sont les derniers avatars.

En ce début de XXIe siècle, les fortunes nées des nouvelles technologies nous interrogent sur le capitalisme et les inégalités sociales qu’il engendre. Le phénomène s’incarne dans les dirigeants ou fondateurs des Gafam comme Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Bill Gates ou Steve Jobs.

Éco-mots

Gafam

Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft sont les géants du numérique. Ils dominent le marché du numérique.

Ils suscitent répulsion ou admiration pour leur réussite. Bref, ils incarnent le fameux « rêve américain ». À la fin du XIXe siècle déjà, aux États-Unis et au-delà, on s’extasiait ou l’on s’indignait de la réussite insolente des self-made-men faisant des États-Unis une terre d’opportunités, pour reprendre la formule de James T. Adams en 1937 dans The Epic of America.