Risques collectifs : Chômage, maladie... Mieux vaut être Français qu’Américain

Monde

Risques collectifs : Chômage, maladie... Mieux vaut être Français qu’Américain

Selon les pays, les risques collectifs ne sont pas couverts de la même façon. Pour comparer les systèmes d’assurance maladie et d’assurance chômage, prenons quatre personnes vivant en Allemagne, en Chine, aux États-unis et en France. Chacune est âgée de 25 ans, vit en ville et occupe depuis un an un emploi salarié à temps plein pour 2 000 euros brut mensuels.

Maladie

Gabriel (France) Gabriel (France)

Affilié au système d’assurance sociale obligatoire, Gabriel ne cotise pas à titre personnel. C’est son employeur qui verse 7 % de sa rémunération à l’État au titre de l’assurance-maladie-maternité-invalidité-décès. Lorsqu’il tombe malade, une consultation chez un médecin généraliste ne lui coûte pas cher : il doit payer 25 euros au médecin, mais sera remboursé de 16,5 euros par la Sécurité sociale et de 7,50 euros par sa mutuelle privée, s’il en a une. Idem pour les médicaments prescrits : la majeure partie sera remboursée.

Anna (Allemagne) Anna (Allemagne)

Anna dépend de l’assurance maladie publique, baptisée GKV. Elle cotise à hauteur de 7,3 % de ses revenus annuels bruts, son employeur cotise également 7,3 % pour elle. Si elle consulte un médecin généraliste conventionné, elle n’avance aucun frais, la consultation coûte 75 euros, mais le médecin envoie directement la facture à la GKV. Anna participe en revanche au coût des médicaments, généralement entre 5 et 10 euros.