[Dossier] Guerre Ukraine - Russie : tout comprendre aux enjeux économiques

Monde

[Dossier] Guerre Ukraine - Russie : tout comprendre aux enjeux économiques

Cela fait six mois que les Russes ont envahi l’Ukraine, déclenchant une guerre qui n’en finit pas. Sanctions, dépendance au gaz, marchés, monnaie : Pour l’Éco décrypte les enjeux économiques de ce conflit dans ce dossier.

L’actu. « J’ai pris la décision de lancer une opération militaire spéciale. » Ces mots, tant redoutés, le président Vladimir Poutine a fini par les prononcer le 24 février, alors que la situation entre la Russie et l’Ukraine était déjà tendue depuis plusieurs semaines. Officiellement, le Kremlin a justifié vouloir défendre les séparatistes pro-russes dans l’Est de l’Ukraine, « démilitariser le pays et non l’occuper ». Tirs de missiles, explosions, morts de civils, mais aussi résistance de la population et solidarité : la guerre dure depuis six mois maintenant et semble sans fin.

Notre dossier. Les enjeux de ce conflit dépassent les frontières de l’Europe, ils sont mondiaux. Pour l’Éco décrypte les aspects économiques, dans une série d’articles, qui sera mise à jour régulièrement :

1. Face aux tensions géopolitiques, les dépenses militaires ont atteint des niveaux record, à l’échelle mondiale. Dans ce décryptage, on vous explique pourquoi les pays ont pris davantage en compte les risques géopolitiques que les enjeux économiques ces dernières années.

2. Régulièrement, l’Union européenne utilise son arsenal juridique face aux pays récalcitrants. Dans ce conflit, l’Occident a mis en place une série de sanctions contre Moscou. Mais sont-elles efficaces ? On y répond dans ce papier.

3. Interview - Avec Sébastien Abis, spécialiste de la géopolitique alimentaire, on revient sur un enjeu, qui n’est bien sûr pas la cause principale du conflit, mais qui est loin d’être anecdotique : le blé.

4. La Russie est d’ailleurs devenue, en très peu de temps, la première exportatrice de blé au monde. Après l’annexion de la Crimée en 2014, elle a accéléré ses investissements dans le secteur agricole. Cette évolution est détaillée dans cet article.

5. Et en France, quelles conséquences économiques ? Pour L’Éco a cherché à savoir ce que le conflit Russie - Ukraine allait changer dans notre quotidien, déjà fortement touché par l’inflation. Hausse du prix du pain, de l’essence ou encore de l’aluminium, on a fait le tour de la question.

6 À la toute fin des années 80, l’économiste Francis Fukuyama fait sensation avec sa thèse de la « fin de l’histoire ». Dans un essai, il affirme que la mondialisation économique et culturelle va progressivement émousser les volontés impérialistes des grandes puissances jusqu’à rendre peu probable la survenue d’une troisième guerre mondiale. C’était sans compter sur Vladimir Poutine.

7. Destruction, inflation, innovation : on dresse le bilan paradoxal des guerres en faisant un bond dans le passé.

8. Le conflit a aussi lieu en ligne. À un internet russe contrôlé et centralisé, l’Ukraine oppose une architecture libre, ouverte et décentralisée.

9. Cours des actions, obligations, investisseurs… Quel effet a la guerre sur les marchés financiers ? On y répond dans cet article.

10. Les échanges commerciaux ont été ébranlés par la guerre en Ukraine. En premier lieu, les nouvelles routes de la soie qui relient la Chine à l’Europe. Explications.

11. L’invasion de l’Ukraine va-t-elle transformer l’Europe en vraie puissance ? La question fait débat.

12. En réaction au conflit, les pays européens ont revu leur stratégie militaire. L’Allemagne, historiquement pacifiste, a débloqué une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d’euros pour moderniser sa défense. Hans Stark, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI), décrypte ce revirement.

13. Et en France ? Le pays doit « ajuster les moyens aux menaces », a jugé Emmanuel Macron. On a interrogé Julien Malizard, l’économiste spécialiste de la défense, sur la loi de programmation militaire, le budget militaire français et « l’économie de guerre froide ».

14. Otan, UE, résistance de l’Ukraine… Dans cette chronique, Jean-Marie Colombani, président de Slate, ancien directeur du Monde et président du comité éditorial de Pour l’Éco, évoque trois « surprises » qui ont été mauvaises pour Poutine.

15. Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, plusieurs pays de l’ex-URSS ont exprimé la volonté d’intégrer rapidement l’Union européenne (UE). Pourquoi elle continue d’attirer les pays voisins ? Éléments de réponse.

16. L’offensive militaire menée par Moscou n’aurait pas pu se faire sans chars. L’armée russe en perdrait en moyenne 15 par jours dans le conflit ukrainien. Mais d’ailleurs, combien ça coûte un véhicule militaire ? On a fait le calcul.

17. Dès le début de la guerre, les dons à l’Ukraine en cryptomonnaie se sont multipliés. Côté russe, les cryptos sont aussi un moyen de contourner les sanctions. Notre article sur le sujet.

18. À l’origine de la popularité de Vladimir Poutine ? Il y a le redressement économique de la Russie. On remonte le temps par ici.