Extrême droite en Italie. « Le programme économique de Giorgia Meloni n’a rien de révolutionnaire »

Monde

Extrême droite en Italie. « Le programme économique de Giorgia Meloni n’a rien de révolutionnaire »

Le parti Fratelli d’Italia, qui entretient un lien ambigu avec le fascisme, est arrivé en tête aux législatives transalpines, propulsant sa dirigeante au poste de Première ministre. Le danger qu’elle représente porte davantage sur les aspects sociétaux que sur les aspects économiques.

L’essentiel

- Le parti Fratelli d’Italia est arrivé en tête des législatives (avec 26 % des votes) le 25 septembre. Sa numéro 1, Giorgia Meloni est devenue présidente du Conseil ce 23 octobre.

- Le programme économique de la leader du parti, Giorgia Meloni est libéral. 

- Contrainte par une crise économique et par l'Union européenne, la nouvelle Première ministre mise sur des mesures fiscales. 

Dans la foule, des larmes de joie et quelques étreintes d’autocongratulation. Il est tard ce 26 septembre quand Giorgia Meloni entre sur la scène pour annoncer les résultats. Tout sourire, elle est accueillie par de longs applaudissements. « Les Italiens ont envoyé un message clair en faveur d’un gouvernement de droite dirigé par Fratelli d’Italia », proclame-t-elle à son pupitre. En toile de fond, l’emblème de son parti est fièrement représenté. « Un emblème toujours frappé de la flamme, celle-là même qui brûle sur la tombe de Benito Mussolini », rappelle le journal italien La Repubblica.