Guerre en Ukraine : l’alimentation, une arme géopolitique de soft power 
  1. Accueil
  2. Monde
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : l’alimentation, une arme géopolitique de soft power 

Monde

Guerre en Ukraine : l’alimentation, une arme géopolitique de soft power 

Cathy Dogon
,
Sélection abonnés

Pierre Blanc est professeur de géopolitique à Bordeaux Sciences Agro. D’après lui, la guerre entre la Russie et l’Ukraine, dans laquelle l’Europe est impliquée, se joue aussi sur le plan agricole.

Parce que la Russie et l’Ukraine sont deux puissances agricoles, leur conflit fait peser sur le monde un climat d’incertitude alimentaire. Celui-ci peut avoir des conséquences sociales, mais il est aussi instrumentalisé à des fins géopolitiques. Pour faire le point sur la situation, Pour l’Éco a interrogé Pierre Blanc.

pierre-blanc-2.png

Pourquoi lui ?

Pierre Blanc est professeur de géopolitique à Bordeaux Sciences Agro et Sciences Po Bordeaux, chercheur au LAM (Les Afriques dans le monde, CNRS/Sciences Po). Il a écrit l’article Nourrir la puissance : l’alimentation au prisme de la géopolitique paru dans la revue Demeter 2022.

À quelles tensions les ménages doivent-ils s’attendre sur les prix de l’alimentation, suite à la guerre en Ukraine ?

Il y avait déjà des tensions sur fond de sortie de la pandémie et de croissance des prix de l’énergie, mais cette guerre vient décupler les hausses. La poursuite des tensions sur les prix va dépendre entre autres de la physionomie de la guerre. Imaginez que l’Ukraine soit labourée par les chars, au sens propre du terme, tandis qu’on est entré dans la période du dégel des sols en Ukraine.