Le tourisme humanitaire est-il juste une machine à fric sans éthique ?

Monde

Le tourisme humanitaire est-il juste une machine à fric sans éthique ?

Des entreprises surfent sur l’envie louable d’aider pour vendre de juteux séjours de volontourisme dans des contrées exotiques, sans aucune exigence de compétences.

S’investir dans un chantier de « santé publique » au Cambodge pendant deux semaines, sans qualification requise. L’offre peut étonner. C’est pourtant ce que propose le site de Project Abroad à des jeunes de 15 à 18 ans… moyennant 2 325 euros, hors frais de billet d’avion !

Au programme : prise de la tension, mesure du taux de glycémie, nettoyage de petites plaies, mais aussi « incroyables excursions le week-end ».

Présenté comme un « stage d’orientation », ce type de mission relève d’un secteur d’activité économique en pleine expansion depuis les années 1990 : le tourisme « humanitaire », aussi surnommé volontourisme.

À lire 10 réflexes pour voyager mieux

Répondant à une forte demande chez les Occidentaux de « faire de l’humanitaire », des entreprises envoient ces volontaires dans des structures à l’étranger pour des séjours de quelques jours à quelques semaines, sans exiger aucune qualification.