Libéralisme économique : pour l'Union européenne, les Etats-Unis perdent la tête

Monde

Libéralisme économique : pour l'Union européenne, les Etats-Unis perdent la tête

Face aux menaces protectionnistes américaines, les Européens ont parfois l’impression d’être devenus plus libéraux que le "pays du libéralisme", nouveaux leaders du laisser-faire. Ce n’est pas encore vrai.

Bien décidé à défendre son pays contre le reste du monde, l'ancien président américain, milliardaire accompli, n’a cessé de prendre des positions fracassantes depuis son élection, en 2016. Dans son premier discours à la Maison-Blanche, Donald Trump annonçait la couleur : « Nous devons protéger nos frontières des ravages que les autres pays font, en volant nos entreprises et en détruisant nos emplois. La protection mènera à une grande prospérité et à la force ». Vu d’Europe, l'élu semble miser davantage sur l’effet de surprise et sur son ambition politique que sur une ligne de pensée économique claire.

L’ex-animateur télé, devenu le dirigeant le plus puissant du monde, a freiné le commerce international. L’objectif ? Défendre les emplois sur son sol. On ne compte plus les mesures protectionnistes de l’administration Trump. Dernièrement, notons les menaces d’augmentation des taxes douanières sur les vins et parfums français, de sanctions contre les grandes entreprises chinoises, TikTok et WeChat en tête, ou la volonté de subventionner la production locale de médicaments.