Pénuries au Royaume-Uni : Brexit ou Covid, à qui la faute ?

Monde

Pénuries au Royaume-Uni : Brexit ou Covid, à qui la faute ?

Stations d'essence fermées, rayons de supermarchés à moitié vides... Le Royaume-Uni vit au rythme de la pénurie en cet automne. La faute au Brexit ou à la reprise économique post-covid ?

Toute journée de labeur mérite réconfort. Dans cet étroit caviste du West End, un quartier gentrifié de la ville écossaise de Glasgow, on croit ce jour-là y trouver son bonheur : un rosé bien frais pour profiter de la fin de la journée. Mais au comptoir, c'est le désenchantement.

Le breuvage tant attendu n'est pas disponible à la vente. Les réserves sont vides et tout ça, c'est « à cause du Brexit » clame l'une des employées. Une scène désormais courante au Royaume-Uni. À quelques rues de là, au supermarché Lidl, certains clients peinent par exemple à se procurer du poulet, dans des rayons habituellement plein à craquer.

Difficile d'être passé à côté de ces désagréments que vivent en ce moment de nombreux Britanniques. Ces récits de pénuries font la Une des médias français et d'Outre-Manche depuis plusieurs mois. Une partie de la population les attribue à la sortie de l'Union européenne, une autre à la pandémie de COVID-19. Mais avant de trouver le coupable, de quoi parle-t-on concrètement ?