Réveillée par les crises, l’Union européenne découvre sa puissance

Monde

Réveillée par les crises, l’Union européenne découvre sa puissance

Alors que l’UE aurait pu être affaiblie et divisée par le Brexit, celui-ci lui a au contraire permis de manifester son unité. Égratignant ses dogmes libéraux, elle s’est montrée solidaire dans la crise sanitaire. Depuis l’invasion de l’Ukraine, elle affiche une volonté nouvelle de puissance et d’indépendance. Face à la Russie, mais aussi aux États-Unis et à la Chine.

« J’ai toujours pensé que l’Europe se ferait dans les crises et qu’elle serait la somme des solutions que l’on apporterait à ces crises. » Tirée des mémoires de Jean Monnet, l’un des pères de l’Europe, cette phrase prémonitoire peut donner de l’espoir.

Car les crises, l’Union européenne les a enchaînées ces dernières années. Crise financière en 2007-2008 ; crise de la dette en 2010-2012 ; crise des migrants en 2015 ; Brexit en 2016-2020 ; Covid-19 dans la foulée ; et, enfin, « last but not least », invasion de l’Ukraine par la Russie.

De fait, malgré cette avalanche de « tuiles », « l’Europe va mieux », constatait, il y a peu l’historien néerlandais Luuk Van Middelaar, auteur de Quand L’Europe improvise – 10 ans de crises politiques (2018), dans un entretien au Monde : « Elle a découvert qu’elle avait la capacité de changer de direction, et qu’elle pouvait innover, au moins sous la pression des événements. »