Comment les entreprises s’adaptent aux réglementations de l’UE sur la déforestation
  1. Accueil
  2. Monde
  3. Europe
  4. Comment les entreprises s’adaptent aux réglementations de l’UE sur la déforestation

Monde

Comment les entreprises s’adaptent aux réglementations de l’UE sur la déforestation

Adrien Palluet
,
Sélection abonnés

Dans la nuit du 5 au 6 décembre dernier, le Parlement européen et le Conseil des ministres de l’UE sont parvenus à un accord sur un règlement européen interdisant dès 2024 l’importation de produits comme le soja, le café, le bois, le cacao, l’huile de palme, le caoutchouc ou encore le bœuf, et leurs dérivés, issus de la déforestation. Une potentielle surcharge de travail et financière pour les entreprises importatrices européennes.

L’Essentiel :

- Le Parlement européen et le Conseil de l’UE se sont mis d’accord début décembre sur un texte sur les produits sans déforestation qui concernent l’importation de bois, de café, de cacao, de soja, de bœuf, d’huile de palme et de caoutchouc.

- Un texte contraignant et bénéfique pour l’environnement mais qui entraîne un surcoût de travail pour les importateurs et une éventuelle hausse des prix pour certains produits.

_______

« C’est vrai que les contraintes, c’est pour la bonne cause. Mais c’est quand même un peu lourd à porter. » Patrice Recorbet est dubitatif. Pour ce dirigeant de la société de négoce et d’importation de bois français et exotique JP Beurier, l’accord trouvé par le Parlement européen et le Conseil de l’UE le 6 décembre dernier sur les « produits sans déforestation » est une nouvelle astreinte. 

Début décembre, les députés européens et les ministres des 27 Etats membres de l’UE se sont en effet entendus sur le contenu d’un nouveau règlement sur les « produits sans déforestation ».