Comment le genre influence les vocations professionnelles

Politique économique

Comment le genre influence les vocations professionnelles

Quand les adolescents imaginent leur future profession, les filles pensent plus souvent à un métier axé sur les personnes, les garçons à un métier tourné vers les objets. Et la « pression sociale » n’explique pas tout.

En France, souvent, femmes et hommes n’exercent pas les mêmes métiers. Les femmes sont surreprésentées dans certaines professions : elles composent par exemple plus de 85 % des effectifs des aides-soignants, sages-femmes et infirmiers du pays et environ deux tiers des enseignants sont des femmes.

Au contraire, leur présence est minoritaire dans d’autres métiers. On ne trouve ainsi qu’environ 20 % de femmes parmi les ingénieurs informatiques, 10 % parmi les conducteurs de véhicules et 2 % parmi les ouvriers qualifiés.

Ces différences professionnelles entre les sexes ne semblent pas sur le point de disparaître, du moins si l’on se fie aux diplômes récemment obtenus. En 2016, 74 % des diplômés du supérieur dans les domaines de la santé et des services sociaux étaient des femmes, tandis que ces dernières n’étaient que 26 % parmi les diplômés en ingénierie.