Comment les clichés nuisent à la santé des femmes... Et des hommes !
  1. Accueil
  2. Politique économique
  3. Santé
  4. Comment les clichés nuisent à la santé des femmes... Et des hommes !

Politique économique

Comment les clichés nuisent à la santé des femmes... Et des hommes !

Julie Desrousseaux
,
Sélection abonnés

Plus de femmes meurent d'un infarctus que d'hommes. Ca vous surprend? C'est tout le problème. Les stéréotypes de genre, présent dans l'esprit des patients comme des soignants, empêchent de bien soigner les hommes et les femmes

Les cinq immortelles et les vingt-neuf immortels de l’Académie française ont tranché : « la » covid-19 sera féminine. Pas son bilan, cependant : dans de nombreux pays, dont la France, plus d’hommes que de femmes ont succombé à cette maladie. L’explication ?

Elle est incertaine à ce stade, mais les hypothèses convoquent un mix de facteurs biologiques (systèmes immunitaires différents chez les hommes et les femmes, hormones) et de facteurs sociologiques (tabagisme, métier exercé, lieu de vie).

« Les différences de santé entre femmes et hommes peuvent s’expliquer par la biologie différente des corps masculin et féminin, mais pas toujours, explique Catherine Vidal, neurobiologiste et Directrice de recherche à l'Institut Pasteur. Il existe bien des inégalités dans l’accès aux soins entre les hommes et les femmes »

En cause : les normes comportementales de genre que la société calque sur les personnes.

Du stéréotype à l'erreur médicale

Explication. Les hommes et les femmes sont socialisés différemment, avec des effets sur leur manière de ressentir les symptômes, de les exprimer, de s’engager dans un parcours de soin.