Débat - L'inflation n'a pas que des défauts (même si elle fait mal au portefeuille)

Politique économique

Débat - L'inflation n'a pas que des défauts (même si elle fait mal au portefeuille)

En pleine campagne présidentielle, avec les prix qui grimpent, des pénuries qui s’installent et des salaires qui stagnent, le pouvoir d’achat s’impose comme le sujet de préoccupation n°1 des Français. L’inflation est vécue comme une épée de Damoclès au-dessus de leur portefeuille, mais n’a-t-elle que des défauts ?

couv_une

Cet article est extrait de notre magazine consacré aux super-pouvoirs économiques des politiques. À retrouver en kiosque et en ligne. 

Les exposés ci-dessous s’inscrivent dans un cours de rhétorique, ils ne reflètent en rien les idées et opinions personnelles des étudiants concernés.

Bien sûr que non, l’inflation ronge l’économie comme un cancer 

Baptiste Gillot, étudiant en 1re année à l’IPAG Business School

L’inflation naît d’un déséquilibre économique qui se manifeste par une baisse du pouvoir d’achat de la monnaie accompagnée d’une hausse générale des prix. En d’autres termes, l’inflation nous appauvrit.

Elle paupérise les travailleurs et les épargnants, car la valeur des rémunérations salariales et celle de l’épargne décroît. À titre d’illustration : en France, en 2019, le taux d’inflation s’élevait à 1,1 % ; c’est-à-dire que la valeur de l’argent économisé par les agents économiques a baissé de 1,1 %… avec des conséquences en cascade.