En augmentant les taux d’intérêt, la BCE va-t-elle casser la croissance ?

Politique économique

En augmentant les taux d’intérêt, la BCE va-t-elle casser la croissance ?

Pas forcément selon notre chroniqueur : le resserrement de la politique monétaire doit être relativisé. Les taux resteront faibles par rapport à l’inflation.

Christine Lagarde, qui préside aux destinées de la Banque centrale européenne (BCE) a changé d’avis. Elle a admis, au début de l’année, que l’inflation ne serait pas temporaire, contrairement à ce qu’elle soutenait à l’automne 2021.

C’est d’autant plus vrai depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a déclenché une nouvelle hausse des prix du pétrole et des matières premières agricoles. 

Avec les gouverneurs des banques centrales de la zone euro, la présidente de la BCE a donc décidé de combattre cette inflation (5,2 % en mai, pour la France) qui apparaît désormais durable, en augmentant les taux d’intérêt à court terme.

À lire aussi > La hausse des taux directeurs, qui y gagne, qui y perd ?