Entre libéralisme et interventionnisme, les hésitations des conservateurs britanniques

Politique économique

Entre libéralisme et interventionnisme, les hésitations des conservateurs britanniques

Les conservateurs britanniques de 2022 sont prêts à multiplier les interventions étatiques pour soutenir l’économie. Le pragmatisme et l’opportunisme ont remplacé l’idéologie néolibérale, surtout en période de campagne électorale.

une_couvCet article est extrait de notre magazine consacré aux super-pouvoirs économiques des politiques. À retrouver en kiosque et en ligne.

Dans une vidéo de propagande diffusée sur Twitter début février, le Premier ministre Boris Johnson fait une fois de plus des promesses pour « mettre à niveau » (“levelling up”) le Royaume-Uni. Par exemple, en investissant 230 millions de livres dans des terrains de foot.

Le but affiché : réduire les déséquilibres, essentiellement économiques, entre les différents territoires et groupes sociaux du pays, deux ans après l’entrée en vigueur du Brexit.

À lire aussi > Le faux chiffre qui a fait gagner le Brexit

Outre-Manche, la région de Londres se paye une part du gâteau démesurée quand d’autres se contentent de miettes. Quelques mois plus tôt, l’État est aussi venu au secours de Bulb, fournisseur d’électricité au bord de la faillite.