Et si l’« indemnité inflation » alimentait une spirale inflationniste ?

Politique économique

Et si l’« indemnité inflation » alimentait une spirale inflationniste ?

Pour compenser la hausse des prix des carburants et de l’énergie, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le versement d’une prime de 100 euros à 38 millions de Français. Mais stimuler la demande face à une offre contrainte pourrait alimenter cette même flambée des prix.

Une prime exceptionnelle de 100 euros pour tous ceux qui en gagnent moins de 2 000 par mois. Le gouvernement a sorti le carnet de chèques pour compenser la flambée des cours des matières premières énergétiques.

Demandeurs d’emploi, salariés, travailleurs indépendants, retraités, mais aussi étudiants boursiers ou autonomes fiscalement : au total, 38 millions de Français toucheront cette « indemnité inflation » pour un coût de 3,8 milliards d’euros réparti sur les budgets 2021 et 2022 de l’État.

En apparence, la mesure a du sens. L’exécutif applique de fait l’une des préconisations de longue date des économistes de l’environnement (Christian Gollier, 2019).

À lire Christian Gollier : « Baisser les taxes sur le prix du carburant serait un cadeau pour les riches »