Face à l'inflation, la BCE devait-elle (vraiment) agir ? 

Politique économique

Face à l'inflation, la BCE devait-elle (vraiment) agir ? 

Face à l’inflation qui s’établit à 8,1 % en zone euro, la Banque centrale européenne s’est finalement décidée à réagir : elle augmentera ses taux d’intérêt directeurs à partir de juillet. Cette initiative risque de mettre à mal l’activité économique encore balbutiante.

Le 9 juin dernier, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a notifié la hausse des taux d’intérêt directeurs pour lutter contre l’inflation chiffrée à 8,1 % en zone euro. La BCE « s’assurera que l’inflation revienne vers notre cible de 2 % sur le moyen terme », affirme la présidente. Mais est-ce la bonne décision ?

Éco-mots

Taux d’intérêt directeur

C’est le taux d’intérêt qu’une banque centrale, telle que la BCE ou la FED, appliquera aux banques commerciales (Crédit Agricole, BNP Paribas, etc) pour les prêts. Si le taux d’intérêt directeur augmente, il devient plus cher d’emprunter auprès de la Banque Centrale, et inversement si les taux baissent.