Records d'investissements étrangers en France, vraiment une bonne nouvelle ?

Politique économique

Records d'investissements étrangers en France, vraiment une bonne nouvelle ?

Alors que les flux mondiaux d’investissement ont chuté de près de 40 % après la crise sanitaire, la France a attiré un nombre record d’investissements étrangers en 2021. Forte de nombreux atouts, elle devient, pour la troisième année consécutive, la première destination européenne en termes de projets accueillis. Mais derrière cette position enviable, la situation hexagonale reste fragile.

À la lecture du dernier baromètre du cabinet Ernst & Young, c’est 1 222 projets d’investissements étrangers qu’a accueillis la France en 2021. En augmentation de 24 % par rapport à 2020, la France semble retrouver ses couleurs d’avant crise (+5 % par rapport à 2019).

En plus de conserver la première place du classement européen, elle bénéficie d’un meilleur rebond et creuse l’écart avec ses voisins historiques. Le Royaume-Uni, en deuxième position, souffre du Brexit et voit ses projets n’augmenter que de 2 % alors que l’Allemagne, en troisième position, manque cruellement de main-d’œuvre et voit son nombre de projets diminuer de 10 %.

Éco-mots

Investissements directs à l’étranger (IDE)

Mouvements internationaux de capitaux réalisés par des entreprises transnationales pour créer, développer ou maintenir une filiale à l’étranger ou pour exercer le contrôle ou une influence significative sur la gestion d'une entreprise étrangère. C'est un moyen pour les entreprises d'internationaliser leur processus de production. La décision d'investir à l'étranger est généralement motivée par la recherche d'une fiscalité avantageuse, la qualité des infrastructures ou le niveau de qualification et/ou de coût des travailleurs du pays d'accueil.