La Corse a-t-elle les moyens économiques de son autonomie ?

Politique économique

La Corse a-t-elle les moyens économiques de son autonomie ?

Le mot a été lâché par le ministre de l'Intérieur et répond à un désir fort de la part de la classe politique corse. Seulement, les autonomistes sont-ils prêts à renoncer au surfinancement de leur île par l'État  ?

« Nous sommes prêts à aller jusqu’à l’autonomie » lâche le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. C’était le 15 mars dernier, dans une interview accordée au quotidien Corse-Matin. En 5 ans, l’exécutif s’était bien gardé de prononcer le mot. Contrairement aux Corses aux-mêmes. Depuis décembre 2017, après la victoire des autonomistes et indépendantistes raflant la majorité des sièges à l’Assemblée de Corse, ce mot est sur toutes les lèvres.

C'est ce mot, lâché par le ministre, qui ramène le calme sur l’île à la mort du nationaliste corse Yvan Colonna, condamné pour l'assassinat du préfet Erignac et mortellement agressé en prison le 21 mars 2022. Mais « dès qu’on parle d’autonomie, les problèmes commencent », avertit Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS et titulaire de la chaire « Territoires et mutations de l’action publique » de Science Po Rennes.