La hausse des taux directeurs, qui y gagne, qui y perd ?

Politique économique

La hausse des taux directeurs, qui y gagne, qui y perd ?

Pour lutter contre l’inflation qui atteint 8,5 % aux USA, la banque centrale américaine (FED) a décidé de relever ses taux directeurs. De nombreuses banques centrales ont suivi le pas, mais la BCE hésite encore car il y aurait aussi des perdants…

Le moment tant redouté devait arriver. Après une longue période de taux presque nuls, la menace d’une hausse des taux d’intérêt ne pouvait être éternellement repoussée. La FED a annoncé ce mercredi 4 mai la hausse d’un demi point de son taux d’intérêt directeur, passant de 0,25 % en janvier 2022 à 0,75 %.

La Banque d’Angleterre avait déjà relevé ses taux d’intérêt en décembre 2021 pour lutter contre une inflation qui atteignait les 7 %, un record depuis 30 ans. Le taux anglais a doublé et est désormais égal à 1 %. Les Banques centrales de pays européens comme la Hongrie, la République tchèque ou encore la Pologne ont également suivi le mouvement pour faire face à la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, principalement dûe au conflit en Ukraine.