Le progrès technique tue l’emploi

Politique économique

Le progrès technique tue l’emploi

L’introduction de techniques plus performantes en termes de productivité a pour conséquence quasi immédiate de réduire le nombre d’emplois. À long terme, cependant, le progrès technique est générateur d’emplois de nature différente.

Les interrogations sur le progrès technique et le travail ne datent pas d’aujourd’hui. À court terme, le progrès technique détruit des emplois. L’introduction de nouvelles machines plus productives a en effet pour conséquence de réduire le nombre d’emplois nécessaires à la réalisation du volume de production désiré. Dans le passé, des révoltes ouvrières ont ainsi accueilli l’introduction de machines dans le processus productif ; les plus célèbres sont celles des canuts lyonnais, au XIXe siècle, ou encore des luddites, en Grande-Bretagne, contre l’installation des métiers à tisser. D’où la fameuse « théorie technologique du chômage » : pour un niveau donné de la production, une augmentation de la productivité telle que l’engendre le progrès technique réduit l’emploi disponible.