Les fonctionnaires d'État devraient-ils changer à chaque présidence ?

Politique économique

Les fonctionnaires d'État devraient-ils changer à chaque présidence ?

S'inspirant du « spoils system » américain, Emmanuel Macron avait promis de mieux accrocher la haute administration à la volonté politique en remplaçant certains fonctionnaires clés dès l’élection présidentielle.    

Laurent Carrié prend l’autoroute du Soleil. Ce conseiller des territoires installé au centre de Paris, à Matignon, vient d’être nommé préfet de Marseille. Une annonce faite quelques jours après la présentation, par Emmanuel Macron, d’un plan de 600 millions d’euros pour « Marseille en Grand ». Depuis la cité phocéenne, Laurent Carrié veillera à l’application des volontés présidentielles pour la transformation de la ville sur le plan des transports, de la sécurité, des écoles, des logements.

Cette nomination poursuit l’objectif d’Emmanuel Macron de fluidifier l’application des décisions du sommet de l’État – il a nommé 85 préfets pendant son mandat, c’est plus que François Hollande ou Nicolas Sarkozy. Candidat à la présidentielle en 2017, il revendiquait déjà son admiration pour le « spoils system » américain, ce « système de dépouilles » qui déclenche le remplacement de nombreux hauts fonctionnaires suite à l’élection du président.